Si vous êtes arrivé ici c’est que vous avez surement déjà entendu l’un de ces termes : marquage à chaud, dorure à chaud, ou pour les bilingues foil stamping. Vous pouvez désormais ajouter dans votre lexique le foil fusing ou encore sleeking.

Nous allons donc vous présentez aujourd’hui ces méthodes de finitions, regroupées dans 2 termes, plus évidents pour le commun des mortels, à savoir :

  • Dorure Traditionnelle
  • Dorure Numérique

Dorure Traditionnelle

Voici un condensé de la méthode du marquage à chaud plus détaillée dans la section suivante du site.

Afin de réaliser un marquage à chaud, nous avons besoin d’un fichier PDF vectorisé en noir 100%, pour faire fabriquer un cliché en magnésium ou laiton.

Le cliché de dorure

Ce cliché est fixé sur la plaque chauffante de notre presse de dorure avant d’être installé en machine. Ensuite il est temps de dérouler le film de marquage à chaud tout le long des guides en passant par dessus notre plaque de magnésium. Une fois le papier bien installé en presse, la dernière étape, et pas des moindres, consiste à orchestrer tous ces éléments, ce qu’on appelle le “calage”.

Voici une liste non exhaustive de ce pourquoi la dorure est tant réputée :

  • Choix de couleurs de marquage XXL (voir notre article)
  • Grammages supportés du 20 à 700gr/m2 voir jusqu’a 1 à 5 mm
  • Possibilité de faire du débossage sur le papier (effet de creux)
  • Finesse jusqu’à 0,3 pt
  • Variété de supports infinie (Papier fin ou épais, texturé ou non, carton jusqu’à 30/10ème, Enveloppe, Plexiglas, Tissu, Cuir …)
  • Presse automatique avec une cadence de production minimum de 2000 feuilles à l’heure
  • Marge mécanique du papier pour un repérage chirurgical entre deux dorures ou avec une impression

Dorure Numérique

La méthode de finition en dorure numérique est sur le papier beaucoup plus simple.

Nous avons besoin d’un même fichier PDF vectorisé que nous allons imprimer sur avec presse à technologie laser. Il y a néanmoins 2 cas de figures :

  • Si la dorure est sur le papier brut sans visuel “en dessous”
    • Le document est imprimé en laser sur le papier pourra passer en dorure directement
  • Si la dorure doit être faite “par dessus” une impression
    • Le document devra être imprimé en Quadri avant, puis pelliculé, avant de repasser en machine de dorure numérique

Pas de cliché mais un ruban de dorure tout de même, ce film de dorure numérique a exactement le même aspect qu’un film traditionnel à la différence de sa façon de coller. En effet, le film est posé sur notre impression puis passé sous un rouleau chauffant. La chaleur faisant fondre le toner et permettant ainsi à la dorure d’accrocher le papier.

Voici une liste non exhaustive des caractéristiques de cette méthode 2.0 :

  • Choix de couleurs (Or, Argent et  Cuivre)
  • Pas de calage, idéal pour les prototypes et petites séries (faire-part, menu, livre d’or…)
  • Possibilité de faire des données variables (Adresses, Nom de table…)
  • Finesse jusqu’à 1 pt sur un support pelliculé, et un peu plus épais sur un papier brut
  • Papier lisse supérieur à 250 gr/m2 soit :
    • Couché avec pelliculage Mat ou Soft Touch c’est l’idéal
    • Calque
    • Papier Nacrée ou coloré
    • Nous aimons l’aventure et repousser les limiter alors testons ensemble vos supports
  • Presse manuelle donc cadence de production plus lente
  • Repérage calé sur le repérage des presses numériques + ou –  1 mm par passage.

Sur les papiers sans pelliculage, le rendu de la dorure numérique laissera toujours des micros imperfections visibles uniquement dans certains reflets, mais ” l’effet waouh ” sera majoritairement présent.

Vous en savez un peu plus maintenant sur ces techniques si particulières, n’hésitez pas à nous consulter si vous souhaitez plus d’informations ou si vous souhaitez compléter cet article.